Chirurgie intime de la Femme

La chirurgie intime de la femme

Le docteur Marc Abecassis donne des informations sur les différentes interventions de chirurgie intime feminine

Chirurgie intime de la femme

 

La chirurgie de reconstruction de l’hymen ou hymenoplastie a pour but d’offrir aux femmes une virginité retrouvée. Cette opération s’inscrit dans un contexte social, culturel, familial,parfois religieux, où la femme doit être vierge au moment du mariage, notamment dans les traditions maghrébines, méditerranéennes.

L’intervention consiste à inciser la muqueuse à la partie inférieure de l’orifice du vagin. Une plastie locale permet de restaurer l’hymen.

L’intervention dure 30 minutes et se déroule sous anesthésie locale. Elle n’est pas douloureuse. La patiente repart peu de temps après. Après un repos de 3 à 4 jours, la patiente doit éviter pendant un mois les activités ménagères, physiques et sportives trop intenses. L’équitation, la bicyclette mais aussi la piscine et le sauna doivent être évités pendant cette durée. Après, la vie peut reprendre complètement normalement.

Le résultat définitif de la reconstruction est visible autour du 2e mois.

La labioplastie ou nymphoplastie de réduction a pour but la réduction de la taille des petites lèvres ou des grandes lèvres.

Pour la réduction des petites lèvres, l’intervention consiste en une ablation de la peau et du tissu en excès. Plusieurs techniques chirurgicales existent et s’adaptent au cas de chaque patiente. L’intervention dure 30 minutes et se déroule sous anesthésie locale. La patiente peut repartir le jour même. Une gêne peut être ressentie pendant plusieurs jours en moyenne. La patiente peut retourner travailler au bout de 3 à 4 jours si son métier n’est pas excessivement physique. Le résultat est mesurable au bout d’un mois.

Pour la réduction des grandes lèvres, l’intervention consiste à retirer la graisse en excès par lipoaspiration, souvent combinée à un retrait de tissu de la peau. Si au contraire la patiente souhaite redonner du volume à ses grandes lèvres, on pratique un ajout de graisse. L’intervention se déroule en anesthésie locale et dure 30 à 45 minutes. La patiente peut repartir le jour même.

 La vaginoplastie a pour but de réduire la taille de l’orifice vaginal. Conséquence d’un relâchement musculaire dû à un accouchement, à un mauvais état du tissu ou au vieillissement, la vaginoplastie vise à redonner au vagin son état optimal, et à retrouver la sensibilité et le plaisir sexuel qu’il procure.

 

L’intervention comprend trois volets. Premièrement, on resserre le plancher musculaire en réunissant davantage les muscles. Deuxièmement, on effectue une plastie cutanée en refermant un peu plus haut le vagin. Troisièmement, on procède à une greffe de graisse : en épaississant les parois du vagin, on redonne au vagin une vitalité et une sensibilité importante. L’opération dure une heure et se déroule sous anesthésie locale. Le retour aux activités quotidiennes s’effectue après 4 à 5 jours. L’activité sexuelle peut être reprise au bout de 4 semaines.

 

Par rapport à la chirurgie intime de la femme, il y a la vulvoplastie, on va appeler ça le rajeunissement vulvaire etc

En tous les cas, quelques techniques majeures de la vulvoplstie, la restauration du calibre vaginal ou vaginoplastie, certaines femmes se plaignent d’un vagin trop important, il faudra le rétrécir, et donc pour le rétrécir, nous allons avoir deux méthodes que l’on utilise depuis plusieurs années : c’est l’aspect musculaire, le serrage musculaire et/ou un épaississement. De la même façon que l’on parlait d’épaississement par le biais d’une lipo-greffe au niveau du pénis, de la même façon on parle d’une lipo- greffe des proies vaginales.

On peut également faire une lipo greffe au niveau des seins, des fesses, au niveau pommettes par exemple. C’est vrai que tout ça est une chirurgie de la silhouette mais une chirurgie intime.

La labioplastie, c’est les petites et les grandes lèvres. Les petites lèvres quand elles sont trop épaisses ou trop larges ou trop longues également vont être réséquées, vont être traitées pour qu’elles soient réduites. Beaucoup de patientes me disent « Docteur, je ne veux pas que ça dépasse par rapport aux grandes lèvres ». Alors bien sûr il faut respecter ce qu’elles disent mais il faut aussi faire selon notre expérience. C’est à dire que les petites lèvres soient réduites comme elles le souhaitent, mais quand même raisonnablement, car dans le corps tout sert à quelque chose, l’organisme est fait pour que les petites lèvres protègent l’orifice vaginal, il faut donc en garder un peu.

Les techniques sont différentes en fonction des morphologies et en fonction de chaque patiente. On ne transforme, pas on harmonise. Les grandes lèvres  peuvent être trop importantes, on retire donc une composante graisseuse ou cutanée. C’est à dire, s’il y a trop de peau on retire, soit il y en a pas assez on ajoute, s’il y a trop de graisse on retire, soit ce sont des grandes lèvres atrophiées qui n’existent pratiquement pas donc on va rajouter de la graisse pour redonner ce volume et cette sensualité.

Alors ce sont des notions auxquelles nous nous sommes habitués, nous chirurgiens, car ce sont les patientes elle mêmes qui nous ont appris tout cela. Nous n’étions pas, comme dans toute la chirurgie intime d’ailleurs et comme beaucoup de domaines de la chirurgie,  nous n’étions pas familier à cela et puis la demande venant on se pose des questions et on avance dans les techniques.

C’est vrai comme tout à l’heure, la chirurgie intime, c’est aussi comme disent les patientes :  » mais docteur c’est les prothèses mammaires, c’est les seins ». Alors bien sûr les implants peuvent se faire. Au niveau de la poitrine il y a des mamelons rétractés, parfois, les cordons galactophores sont rétractés, il faut les traiter pour que les mamelons puissent ressortir. Il y a également au niveau de la silhouette la lipo-sculpture ou lipo-aspiration, ce sont deux solutions ce sont les mêmes termes pour pratiquement les mêmes techniques. On dit lipo-sculpture car c’est plus artistique.

Ce qu’on a enlevé n’est pas si important, ce qui est important c’est ce qu’il reste et de quelle manière cela reste, et c’est ce qui fait la réussite de la chirurgie intime de la femme